Victoriaville, le 31 janvier 2017. – C’est lors d’un cocktail dînatoire organisé par la Corporation de développement économique de Victoriaville et sa région (CLD) (CDEVR (CLD)) et la Société d’aide au développement de la collectivité (SADC) Arthabaska-Érable que dix organisations ont reçu leur certificat d’attestation en développement durable (DD) suite à leur engagement à la Démarche d2. Créée en 2013 sur le territoire de la MRC d’Arthabaska, cette démarche a comme objectif d’accompagner les organisations à intégrer des pratiques responsables. Elle s’adresse autant aux secteurs industriel, touristique que commercial et de services, et ce, dans les milieux public et privé. Rappelons que l’année dernière, un partenariat entre la CDEVR (CLD) et la SADC a permis d’élargir le service d’accompagnement de la Démarche d2 à la MRC de L’Érable. Monsieur Gaétan Lehouillier, président de la SADC, se dit « très satisfait de cette première année de partenariat qui a permis à notre organisme d’offrir un service clés en main en développement durable, grâce à la Démarche d2 et à notre ÉCOprêt, une aide financière spécifique pour soutenir des projets écoresponsables ».

Faisant suite à la mise en place de leur plan personnalisé selon les trois sphères en DD, c’est-à-dire économiquement prospères, respectueuses de l’environnement et soucieuses du bien-être de la collectivité, Absolu, Gesterra, Laurentide re/sources, la Chambre de commerce et d’industrie Bois-Francs/Érable, Accès travail, Services de Main-D’œuvre Kingsey et Services de Transformation Kingsey, ORAPÉ (Organisme de Récupération Anti-Pauvreté de L’Érable), BIG TECH Atelier d’usinage CNC, Fruit d’Or et la Municipalité de Saint-Félix-de-Kingsey se sont engagées à mettre en œuvre des actions dans le but d’améliorer progressivement leur empreinte environnementale, de contribuer au mieux-être de leurs employés et de la communauté, ainsi que d’assurer une pérennité durable à leur organisation.

« L’engagement envers le développement durable fait la renommée de notre région. En obtenant l’attestation de la Démarche d2, ces organisations confirment leur volonté de passer à l’action. Grâce aux services-conseils de l’équipe de professionnels expérimentés de la CDEVR (CLD), ces organisations peuvent être fières d’avoir adopté des pratiques responsables. » a indiqué le maire de Victoriaville et président de la CDEVR (CLD), M. André Bellavance.

De toutes les actions retenues, quelques-unes trouvaient résonnance commune auprès des organisations; parmi celles-ci, on retrouve notamment : mettre sur pied des pauses santé et sécurité au travail pour tous les employés, effectuer une évaluation ergonomique des postes de travail, bâtir un plan de développement des compétences, faire connaître ses actions en DD, développer un plan d’action stratégique et l’arrimer avec celui en DD, etc. On retient également d’autres actions propres à chacune, par exemple, mettre en place la collecte des matières organiques (compost) ou des mesures de réduction de la consommation d’eau, développer des relations régionales pour faciliter le recrutement de la main-d’œuvre, développer un programme de sensibilisation des saines habitudes de vie, etc.

En plus de souligner l’engagement des adhérents et les efforts déployés au cours de la dernière année, les organisateurs ont profité de l’occasion pour dévoiler la campagne de promotion des bons coups en développement durable et la mise en place du Club d2. La campagne des bons coups servira à faire connaître à un plus large public les initiatives en développement durable des membres de la Démarche d2. Quant au Club d2, celui-ci aura pour but de créer une communauté d’organisations leaders en développement durable sur le territoire des MRC d’Arthabaska et de L’Érable, en partageant des expériences, connaissances et pratiques durables entre elles.

Rappelons pour terminer que la Démarche d2 est volontaire pour toutes organisations des MRC d’Arthabaska et de L’Érable voulant y adhérer, et obligatoire pour les entreprises qui s’implanteront dans l’Écoparc industriel de Victoriaville. Cette démarche est inspirée de la norme québécoise BNQ 21000, qui se veut un guide d’application des principes de la Loi sur le développement durable dans la gestion des entreprises et autres organismes.